1ère Journée mondiale de prière et de réflexion sur la traite des êtres humains

Le Cardinal Peter Turkson, Président du Conseil pontifical Iustitia et Pax, a présenté la première Journée mondiale de prière et de réflexion sur la traite des êtres humains. Fixée au 8 février 2015, fête de sainte Joséphine Bakhita, elle est organisée avec le concours de la Congrégation pour les instituts de vie consacrée et les sociétés de vie apostolique, le Conseil pontifical pour la pastorale des migrations et les Unions des supérieurs et supérieures.


(…) Le Cardinal Turkson a rappelé que des millions de personnes de par le monde, de tout âge, sont privées de liberté et contraintes à vivre pratiquement en esclavage. Pour ces hommes et ces femmes, sainte Joséphine Bakhita est un modèle d’espérance. Il a encouragé les fidèles à suivre les pas de cette sainte, de s’en inspirer et à demander son intercession.

Le Pape, a souligné le Cardinal, désire que les fidèles prennent conscience d’un phénomène global qui dépasse la responsabilité de tel ou tel Etat. Il est besoin d’une véritable mobilisation contre ce fléau : Nous devons tous mieux analyser la situation et mobiliser les consciences : De la conscience à la prière, de la prière à la solidarité, de la solidarité à l’action, afin que la traite et les nouvelles formes d’esclavage disparaissent.

En vue de cette première journée, les diocèses et les paroisses, les associations et les familles sont invités à réfléchir et prier, individuellement comme en groupe communauté sur ce crime contre l’humanité. Les réunions et veillées de prière du 8 février auront pour point d’orgue l’angélus dominical du Saint-Père.

Source : Vatican Information Service du 3 février 2015.