Aujourd'hui 5 juillet nous fêtons : Saint Antoine-Marie Zaccaria - Fondateur des (...)

Diocèse de Valence

[ documents ]
Vendredi 4 mars à télécharger
[ Commentaire audio ]
  • Ecoutez Pierre Bourdrel
  • Facebook
      Vous aimez cet article?
      Partagez le.


      Vous aimez ce site, dites le sur Facebook !
    Vendredi 4 mars

    Cette semaine c’est Pierre BOURDREL, diacre, médecin à la retraite, qui nous accompagnent dans cette Pause carême.


       

    Méditation

    « Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur, de toute ton âme, de ton esprit et de toute ta force et tu aimeras ton prochain comme toi-même ».
    Ces paroles de Jésus, issues du Deutéronome, sont dites encore par les juifs pratiquants quotidiennement : c’est le Shema Israël, paroles que nous connaissons bien nous aussi.
    Alors laissons-nous interpeller par ces paroles : qu’est-ce pour nous qu’aimer son prochain ?
    On peut faire de nombreux commentaires sur ce commandement mais je retiendrai pour ma part 2 voies :
    -  Tout d’abord, la 1ère voie : qui est mon prochain ? Dans le mot prochain, il ya le mot proche. Qui est mon plus proche à aimer ? C’est mon époux, mon épouse, pour nous qui sommes mariés. Il y a là une réalité spirituelle et psychologique ; un couple, une famille, ne peuvent être heureux et solides que s’il y a d’abord cette volonté de vivre et construire cet amour de l’autre dans le couple. Je ne peux être heureux que si l’autre, mon époux (se) est heureux. Et nos enfants s’appuient sur cet amour du couple.

    -  Mais, et c’est la 2ème voie, nous ne pouvons pas en rester, dans notre amour du prochain aux seules bonnes intentions : notre foi doit être agissante, c’est là également une réalité psychologique et spirituelle. 2 grands témoins nous guident sur ce chemin
    Tout d’abord, Mathieu Ricard, scientifique français converti au bouddhisme : il a écrit notamment un plaidoyer pour le bonheur (2003) puis un plaidoyer pour l’altruisme (2013). Il nous rapporte que toutes les grandes enquêtes ont montré que les personnes qui œuvraient bénévolement pour les autres étaient en meilleur santé psychologique et physique. Alors autant en profiter !
    Ensuite, pour nous chrétiens, rappelons-nous Saint Jacques : « A quoi, cela sert-il, mes frères, que quelqu’une dise : « j’ai la foi », s’il n’a pas les œuvres » et il continue : « la foi : si elle n’a pas les œuvres est tout à fait morte ».(2 14-26)
    Enfin, je vous rappelle cette parabole du bon samaritain : le prêtre et le lévite, certainement de pieuses personnes, ne s’arrêtent pas. Seul le samaritain met en pratique sa miséricorde et prend soin du blessé…et Jésus nous exhorte à en faire de même : « Va, et toi aussi, fais de même ».

    Alors, laissons notre foi agir … et allons : allons visiter les personnes âgées seules dans la maison de retraite proche de chez nous, allons aider les Restos du cœur, le Secours Catholique … toutes ces associations caritatives sont en manque de bénévoles et nous attendent.
    Alors, nous en ferons l’expérience, notre cœur se dilatera de cet amour agissant et partagé… et nous recevrons bien plus que vous n’aurons apporté !
    Alors nous entendrons Jésus nous dire : « Venez les bénis de mon Père…car j’ai eu faim et vous m’avez donné à manger, j’ai eu soif et vous m’avez donné à boire, j’étais un étranger et vous m’avez accueilli, j’étais nu et vous m’avez habillé, j’étais malade et vous m’avez visité ». (Mat 25, 34-36)


      TEXTES DU JOUR
    • LECTIO 1
      vendredi 4 mars 2016 : Livre d’Osée 14,2-10.

      Ainsi parle le Seigneur : Reviens, Israël, au Seigneur ton Dieu ; car tu t’es effondré par suite de tes fautes. Revenez au Seigneur en lui présentant ces paroles : « Enlève toutes les fautes, et accepte ce qui est bon. Au lieu de taureaux, nous t’offrons en sacrifice les paroles de nos lèvres. Puisque les Assyriens ne peuvent pas nous sauver, nous ne monterons plus sur des chevaux, et nous ne dirons plus à l’ouvrage de nos mains : “Tu es notre Dieu”, car de toi seul l’orphelin reçoit de la tendresse. » Voici la réponse du Seigneur : Je les guérirai de leur infidélité, je les aimerai d’un amour gratuit, car ma colère s’est détournée d’Israël. Je serai pour Israël comme la rosée, il fleurira comme le lis, il étendra ses racines comme les arbres du Liban. Ses jeunes pousses vont grandir, sa parure sera comme celle de l’olivier, son parfum, comme celui de la forêt du Liban. Ils reviendront s’asseoir à son ombre, ils feront revivre le froment, ils fleuriront comme la vigne, ils seront renommés comme le vin du Liban. Éphraïm ! Peux-tu me confondre avec les idoles ? C’est moi qui te réponds et qui te regarde. Je suis comme le cyprès toujours vert, c’est moi qui te donne ton fruit. Qui donc est assez sage pour comprendre ces choses, assez pénétrant pour les saisir ? Oui, les chemins du Seigneur sont droits : les justes y avancent, mais les pécheurs y trébuchent.

      PSALMUS
      vendredi 4 mars 2016 : Psaume 81(80),6c-8a.8bc-9.10-11ab.14.17.

      Il en fit, pour Joseph, une loi quand il marcha contre la terre d'Égypte. J'entends des mots qui m'étaient inconnus : Il en fit, pour Joseph, une loi quand il marcha contre la terre d'Égypte. « J'ai ôté le poids qui chargeait ses épaules ; ses mains ont déposé le fardeau. « Quand tu criais sous l'oppression, je t'ai sauvé ; je répondais, caché dans l'orage, je t'éprouvais près des eaux de Mériba. « Quand tu criais sous l'oppression, je t'ai sauvé ; je répondais, caché dans l'orage, je t'éprouvais près des eaux de Mériba. Quand tu criais sous l'oppression, je t'ai sauvé. « Je répondais, caché dans l'orage, je t'éprouvais près des eaux de Mériba. Écoute, je t'adjure, ô mon peuple ; vas-tu m'écouter, Israël ? « Tu n'auras pas chez toi d'autres dieux, tu ne serviras aucun dieu étranger. « C'est moi, le Seigneur ton Dieu, qui t'ai fait monter de la terre d'Égypte ! Ouvre ta bouche, moi, je l'emplirai. « Ah ! Si mon peuple m'écoutait, Israël, s'il allait sur mes chemins ! Je le nourrirais de la fleur du froment, je te rassasierais avec le miel du rocher ! »

      LECTIO 2
      vendredi 4 mars 2016 :

      EVANGELIUM
      vendredi 4 mars 2016 : Évangile de Jésus Christ selon saint Marc 12,28b-34.

      Un scribe qui avait entendu la discussion, et remarqué que Jésus avait bien répondu, s’avança pour lui demander : « Quel est le premier de tous les commandements ? » Jésus lui fit cette réponse : « Voici le premier : Écoute, Israël : le Seigneur notre Dieu est l’unique Seigneur. Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur, de toute ton âme, de tout ton esprit et de toute ta force. Et voici le second : Tu aimeras ton prochain comme toi-même. Il n’y a pas de commandement plus grand que ceux-là. » Le scribe reprit : « Fort bien, Maître, tu as dit vrai : Dieu est l’Unique et il n’y en a pas d’autre que lui. L’aimer de tout son cœur, de toute son intelligence, de toute sa force, et aimer son prochain comme soi-même, vaut mieux que toute offrande d’holocaustes et de sacrifices. » Jésus, voyant qu’il avait fait une remarque judicieuse, lui dit : « Tu n’es pas loin du royaume de Dieu. » Et personne n’osait plus l’interroger.





                    Hébergement: C.E.F | Suivre la vie du site RSS 2.0 | SPIP