Aujourd'hui 4 octobre nous fêtons : Saint François d’Assise - fondateur de l’ordre (...)

Diocèse de Valence

[ documents ]
Télécharger le texte de Michelle SOUVRAS
[ Commentaire audio ]
  • Ecoutez Michelle SOUVRAS
  • Depuis le site Rcf.fr

    Facebook
      Vous aimez cet article?
      Partagez le.


      Vous aimez ce site, dites le sur Facebook !
    Vendredi 20 mars 2015

    Cette semaine c’est Michelle SOUVRAS, Laïque en mission ecclésiale, catéchiste-relais de la paroisse St Emilien de Valence, qui nous accompagne dans cette Pause carême.


       

    @

    « Ils ne connaissent pas les secrets de Dieu,
    ils n’espèrent pas que la sainteté puisse être récompensée ;
    ils n’estiment pas qu’une âme irréprochable puisse être glorifiée. »

    En lisant ce texte du livre de la Sagesse, je me dis que cela correspond bien à ce que nous vivons aujourd’hui : recherche du plaisir à n’importe quel prix, refus de toute forme de contrainte, apologie du superficiel, attentat, revendication du droit de vie ou de mort pour soi-même et pour les autres, course au pouvoir ou à l’argent, racisme, négation de Dieu… C’est vrai. C’est vrai que nous avons souvent l’impression de ramer à contre courant en essayant de vivre l’Evangile… Alors que faire ?
    Je peux me lamenter sur ce monde-là, cela me dédouane, ce n’est pas moi mais le monde d’aujourd’hui…
    Je peux avoir peur pour l’avenir de mes enfants ou de mes petits-enfants, mais la peur et le découragement ne changeront pas grand chose…
    Alors peut-être je peux regarder mon propre comportement, et je vois que je me laisse bien souvent porter par ce courant de facilité, de non-engagement, de jugement sur l’apparence, quand je veux tout contrôler,… je m’arrête la liste est longue…
    Si je change mon comportement avec l’aide de l’Esprit Saint, j’irai de l’avant, dans l’espérance.
    Une autre piste serait de regarder et de faire connaître ce qui est beau dans ce monde plutôt que sa noirceur, par exemple : faire circuler les mails positifs et mettre à la corbeille ceux qui sont dégradants ou à tendance raciste.
    Et il y en a du beau dans le monde ! Véritable antidote aux divers maux cités plus haut :
    - après les attentats, ce juif et cette femme musulmane qui se donnent l’accolade
    - cette jeune fille handicapée qui témoigne de sa soif et de sa joie de vivre
    - ces jeunes qui passent leurs vacances à aider les malades
    - ces enfants au caté, qui désirent suivre Jésus …
    Cette liste aussi peut être très longue
    Gandhi disait : « Toute âme qui s’élève, élève le monde  »

    « Seigneur, sois notre tremplin pour nous élever et élever le monde. »

    Michelle SOUVRAS

    1ère lecture Sg 2, 1a.12-22

    « Condamnons le juste à une mort infâme »

    Lecture du livre de la Sagesse

    Les impies ne sont pas dans la vérité
    lorsqu’ils raisonnent ainsi en eux-mêmes :
    « Attirons le juste dans un piège, car il nous contrarie,
    il s’oppose à nos entreprises,
    il nous reproche de désobéir à la loi de Dieu,
    et nous accuse d’infidélités à notre éducation.
    Il prétend posséder la connaissance de Dieu,
    et se nomme lui-même enfant du Seigneur.
    Il est un démenti pour nos idées,
    sa seule présence nous pèse ;
    car il mène une vie en dehors du commun,
    sa conduite est étrange.
    Il nous tient pour des gens douteux,
    se détourne de nos chemins comme de la boue.
    Il proclame heureux le sort final des justes
    et se vante d’avoir Dieu pour père.
    Voyons si ses paroles sont vraies,
    regardons comment il en sortira.
    Si le juste est fils de Dieu,
    Dieu l’assistera, et l’arrachera aux mains de ses adversaires.
    Soumettons-le à des outrages et à des tourments ;
    nous saurons ce que vaut sa douceur,
    nous éprouverons sa patience.
    Condamnons-le à une mort infâme,
    puisque, dit-il, quelqu’un interviendra pour lui. »

    C’est ainsi que raisonnent ces gens- là, mais ils s’égarent ;
    leur méchanceté les a rendus aveugles.
    Ils ne connaissent pas les secrets de Dieu,
    ils n’espèrent pas que la sainteté puisse être récompensée,
    ils n’estiment pas qu’une âme irréprochable puisse être glorifiée.

    Psaume 33 , 17-18, 19-20, 21.23

    Le Seigneur est proche du cœur brisé.

    Le Seigneur affronte les méchants
    pour effacer de la terre leur mémoire.
    Le Seigneur entend ceux qui l’appellent :
    de toutes leurs angoisses, il les délivre.

    Il est proche du cœur brisé,
    il sauve l’esprit abattu.
    Malheur sur malheur pour le juste,
    mais le Seigneur chaque fois le délivre.

    Il veille sur chacun de ses os :
    pas un ne sera brisé.
    Le Seigneur rachètera ses serviteurs :
    pas de châtiment pour qui trouve en lui son refuge

    Evangile Jn 7, 1-2.10.14.25-30

    « On cherchait à l’arrêter, mais son heure n’était pas encore venue »

    Acclamation

    Ta Parole, Seigneur, est vérité, et ta loi, délivrance.
    L’homme ne vit pas seulement de pain,
    mais de toute parole qui sort de la bouche de Dieu.
    Ta Parole, Seigneur, est vérité, et ta loi, délivrance.

    Évangile de Jésus Christ selon saint Jean

    En ce temps- là,
    Jésus parcourait la Galilée :
    il ne voulait pas parcourir la Judée
    car les Juifs cherchaient à le tuer.
    La fête juive des Tentes était proche.
    Lorsque ses frères furent montés à Jérusalem
    pour la fête,
    il y monta lui aussi,
    non pas ostensiblement, mais en secret.

    On était déjà au milieu de la semaine de la fête
    quand Jésus monta au Temple ; et là il enseignait.
    Quelques habitants de Jérusalem disaient alors :
    « N’est- ce pas celui qu’on cherche à tuer ?
    Le voilà qui parle ouvertement,
    et personne ne lui dit rien !
    Nos chefs auraient- ils vraiment reconnu
    que c’est lui le Christ ?
    Mais lui, nous savons d’où il est.
    Or, le Christ, quand il viendra,
    personne ne saura d’où il est. »
    Jésus, qui enseignait dans le Temple, s’écria :
    « Vous me connaissez ?
    Et vous savez d’où je suis ?
    Je ne suis pas venu de moi-même :
    mais il est véridique, Celui qui m’a envoyé,
    lui que vous ne connaissez pas.
    Moi, je le connais
    parce que je viens d’auprès de lui,
    et c’est lui qui m’a envoyé. »

    On cherchait à l’arrêter,
    mais personne ne mit la main sur lui
    parce que son heure n’était pas encore venue.


    - 1ère lecture Sg 2, 1a.12-22
    - Psaume 33 , 17-18, 19-20, 21.23
    - Evangile Jn 7, 1-2.10.14.25-30





                    Hébergement: C.E.F | Suivre la vie du site RSS 2.0 | SPIP