Aujourd'hui 19 janvier nous fêtons : Saint Germanicus - martyr, disciple de saint (...)

Diocèse de Valence

Facebook
    Vous aimez cet article?
    Partagez le.


    Vous aimez ce site, dites le sur Facebook !
Vacances solidaires : « Se lancer et tenter l’expérience »

Le Secours Catholique - Caritas France organise chaque année plus de 6 000 départs en vacances. En 2010, Cécile et Christophe ont accueilli une petite fille de cinq ans pour des vacances solidaires dans la campagne poitevine.


   

« Nous vivons dans un environnement calme, reposant et sécurisant. A l’époque sans enfant, nous avions du temps libre ». Cécile et son mari Christophe ont accueilli une petite fille chez eux pendant trois semaines. Lui est éleveur bovin, elle, assistante maternelle.

En janvier 2010, ils ont postulé auprès de l’Accueil familial de vacances (AFV) du Secours catholique. « Nous avons reçu la visite du responsable du secteur, raconte Cécile. Au printemps, nous avons été convoqués au siège pour découvrir le dossier de l’enfant et poser nos questions. Il s’agissait d’une petite fille, Laurie, cinq ans, au parcours chaotique. Pendant deux ans, elle avait vécu en famille d’accueil avant de retourner chez ses parents ».

Le Secours catholique décrit l’objectif de l’AVF comme « une aide aux parents qui veulent offrir des vacances à leur enfant en lui permettant de changer de cadre de vie et de s’épanouir au contact d’autres enfants et adultes avec lesquels il pourra créer des liens nouveaux ».

Une ferme à découvrir

Il est parfois difficile de faire plaisir à un enfant que l’on ne connaît pas. « Avant sa venue, nous avons bien préparé sa chambre pour qu’elle se sente chez elle, avec des jeux et quelques vêtements, relate Cécile. Il arrive souvent que l’enfant vienne avec une valise quasiment vide...et qu’elle reparte souvent pleine ! Pour les menus, Laurie avait répondu à un questionnaire sur ses goûts. Et nous avions prévu de nombreuses sorties et activités touristiques, entre autres, visiter la ferme où mon mari travaille ».

Pendant ce séjour en juillet, le Secours catholique reste disponible pour les familles : « Un responsable est venu nous voir et nous avons participé au pique-nique avec toutes les familles engagées dans le projet, explique-t-elle. Notre expérience n’a pas été des plus faciles. Chez elle, Laurie vivait dans une caravane. Chez nous, elle voulait dormir par terre . Elle avait parfois un comportement violent. » Les familles s’appuient alors sur les compétences des membres de l’AVF pour dépasser les décalages culturels.

Une expérience parfois difficile, toujours enrichissante

« Chaque jour, nous remplissions un cahier avec Laurie pour raconter ce que nous faisions avec des collages, des photos... précise encore Cécile. Nous lui avons fait parvenir après le séjour. Laurie nous a envoyé une carte de remerciement en retour ».

Certaines familles accueillent le même enfant chaque été. Pour Cécile, cette expérience lui a beaucoup appris sur elle-même, sa patience et ses limites face à l’accompagnement d’un enfant. « La première semaine a été difficile, mais à la fin du séjour, Laurie était la seule fille qui refusait de partir. Elle voulait rester chez nous !, se réjouit-elle. Laurie a découvert chez nous une nouvelle façon de fonctionner : les repas en famille, la politesse... Elle était très contente de suivre certaines règles, des horaires réguliers et disait vouloir faire pareil chez ses parents au retour ».

Cécile encourage les familles à tenter l’expérience : « C’est un enrichissement. Il faut se lancer ». Ses conseils ? « Réussir à parler gentiment à l’enfant, ne rien dire sur ses parents qu’il pourrait mal interpréter, ne pas porter de jugement, accepter son opinion et son caractère, être à son écoute ». Pour ce couple, l’accueil d’un enfant a été une expérience positive, sur laquelle il s’appuie pour élever aujourd’hui Gaspard, deux ans.

Source : http://www.eglise.catholique.fr






                Hébergement: C.E.F | Suivre la vie du site RSS 2.0 | SPIP