Aujourd'hui 9 avril nous fêtons : Saint Demetrius - martyr à Sirmium en Dalmatie (...)

Diocèse de Valence

Facebook
    Vous aimez cet article?
    Partagez le.


    Vous aimez ce site, dites le sur Facebook !
Si vous ne croyez pas, vous ne comprendrez pas

Le second chapitre expose le lien étroit existant entre foi et vérité. Sans la vérité, la foi ne sauve pas ! Elle demeure une fable projetant notre désir de bonheur.


   

Nous vivons une crise de la vérité qui rend nécessaire le rappel de ce lien, d’autant que la culture dominante ne tend qu’à croire en la réalité technologique, en ce que l’homme parvient à construire et mesurer par la science. Ce qui fonctionne serait vérité, valable pour un tel et non au service du bien général. La vérité qui explique toute vie est vue avec suspicion. La grande vérité n’est pas celle qui fut à la base des totalitarismes du siècle dernier, le grand oubli du monde contemporain qui, à l’avantage du relativisme et du fanatisme écarte la question que posent la vérité, la vie et Dieu. Ensuite le texte souligne le lien entre foi et amour, non l’amour vagabond mais celui de Dieu qui transforme et permet de voir le réel sous un autre jour. Si la foi leur est liée, la vérité et l’amour ne sauraient être séparés. L’amour véritable surmonte le temps et devient connaissance. L’amour fidèle de Dieu qui révèle la foi constitue une vérité dont le coeur est la rencontre du Christ incarné, venu à nous pour offrir sa grâce et nous convertir. Puis, il est question du dialogue entre foi et raison, particulièrement important lorsque la vérité du monde est souvent réduite à un réel subjectif. Faisant peur, la simple vérité est perçue comme une imposition intransigeante, alors qu’elle est l’amour de Dieu qui, lui, ne s’impose pas par la violence et n’écrase personne comme le fait le totalitarisme. La foi n’est pas intransigeante et le croyant ne peut être arrogant mais porteur humble d’une conviction qui respecte l’autre. Ainsi la foi porte-t-elle au dialogue en tout, dans la science où elle réveille le sens critique et attise la raison face à la splendeur de la création, mais aussi dans la culture, dans le dialogue interreligieux et avec les incroyants ou qui s’efforcent d’agir comme si Dieu existait. Eux aussi sont en recherche de cette lumière et pratiquent le bien.

Connaître Dieu sans la foi est impossible. La théologie enseigne que Dieu n’est pas un objet mais un sujet qui se fait connaître. La théologie, qui participe à cette connaissance, doit être mise au service de la foi des chrétiens. Quant au magistère ecclésial, il ne doit pas dicter de limite à la liberté théologique mais en être un élément constitutif assurant le lien avec la Parole.






                Hébergement: C.E.F | Suivre la vie du site RSS 2.0 | SPIP