Aujourd'hui 14 avril nous fêtons : Saint Maxime - Martyr à Rome (✝ 260)

Diocèse de Valence

Facebook
    Vous aimez cet article?
    Partagez le.


    Vous aimez ce site, dites le sur Facebook !
Se nourrir en respectant la Terre

Grâce à ses agriculteurs, la France est le 2ème exportateur mondial de denrées agricoles. Mais c’est aussi l’un des premiers consommateurs de pesticides.


   

Les agriculteurs français ne représentent que 3,3 % de la population active (contre 44 % dans le monde). Ils entretiennent cependant la moitié du territoire.
Les augmentations considérables des productions ont été obtenues par le recours à des méthodes intensives reposant sur la mécanisation et l’utilisation d’engrais et de produits chimiques. Ces techniques sont une exception dans le monde : moins de 2 % des paysans de la planète ont un tracteur, environ 80 % travaillent à mains nues et les 20 % restant, avec des animaux de trait.

En France, comme dans les autres pays industriels, les sols se détériorent. Les pesticides et les nitrates, utilisés aussi massivement dans les jardins, sont responsables de la dégradation de nombreuses nappes souterraines et de deux rivières sur trois. Ces effets maintenant connus, nombre d’agriculteurs réagissent et modifient leurs pratiques. Dans leurs jardins, les citoyens doivent suivre.

Économiser l’énergie

On consomme aujourd’hui en six semaines le pétrole que l’on consommait en un an en 1950.

Le pétrole a mis des dizaines de millions d’années pour se former dans le sous-sol. L’homme, en seulement 150 ans, en a brûlé la moitié des réserves accessibles, la majeure partie sous forme d’essence.
Le secteur des transports est en effet tributaire à 97 % du pétrole. Il est aussi responsable d’un quart de nos émissions de CO2, le principal gaz à effet de serre participant au changement climatique. Pour freiner ces émissions, il est désormais urgent de favoriser les transports en commun, de produire des véhicules utilisant l’énergie renouvelable, et d’adopter des modes de consommation moins gourmands en énergie, comme l’achat de produits locaux et peu emballés.

Cela permettra en outre de réserver la consommation de pétrole à la fabrication des plastiques ou d’autres composés chimiques très courants dans notre vie quotidienne, qu’on ne sait obtenir aujourd’hui qu’à partir du pétrole.






                Hébergement: C.E.F | Suivre la vie du site RSS 2.0 | SPIP