Aujourd'hui 26 février nous fêtons : Saint Alexandre - Évêque d’Alexandrie (✝ (...)

Diocèse de Valence

[ documents ]
Télécharger le texte de Mgr P-Y Michel
[ Commentaire audio ]
  • Ecoutez Mgr P-Y Michel
  • Depuis le site Rcf.fr

    Facebook
      Vous aimez cet article?
      Partagez le.


      Vous aimez ce site, dites le sur Facebook !
    Samedi 4 avril 2015

    Cette semaine c’est, Mgr Pierre-Yves MICHEL, évêque de Valence, qui nous accompagne dans cette pause Carême


       

    @

    - Hébreux 4, 1-11
    «  Nous qui sommes venus à la foi, nous entrons dans le repos »

    L’ENTREE DE JESUS DANS LE REPOS

    Voilà le grand repos du samedi saint, le grand silence du samedi saint.
    Aujourd’hui, il ne s’agit plus de sortir, mais d’entrer.
    C’est ce que nous invite à vivre l’épître aux Hébreux dans sa grande méditation sur le Christ, grand prêtre digne de foi et proche des hommes. La lettre aux Hébreux commente le Psaume 94, qui vient sur nos lèvres chaque matin : Aujourd’hui, si vous entendez ma voix, n’endurcissez pas votre cœur, comme au temps du défi, comme au jour de l’épreuve dans le désert, quand vos pères m’ont mis à l’épreuve et provoqué. (…) Dans ma colère, j’en ai fait le serment, on verra bien s’ils entreront dans mon repos ! Nous sommes appelés à entrer par la foi dans le repos de Dieu.
    Il y a un rendez-vous à ne pas rater. Le Seigneur qui a tout créé a voulu tout recréer et sauver en son Fils. Jésus va jusqu’au bout de l’amour et sa descente au séjour des morts est encore manifestation de cet amour pour attirer à lui toutes les générations qui ont vécu avant lui et tous ceux qui n’ont pu le connaître. C’est un rassemblement que seul le Christ peut accomplir, dans cet Aujourd’hui qui est le rendez-vous ultime dans le mystère de la mort, de la mort filiale du Christ.
    Il agit au-delà de notre témoignage et de nos missions…
    Nous ne pouvons le suivre dans ce rassemblement là que par la foi, que par l’union silencieuse de notre désir, de notre attente, de notre foi et de notre espérance.
    Celui qui est entré dans le repos s’est reposé lui aussi de son travail, comme Dieu s’est reposé du sien.
    Il ne sort plus mais il entre dans le sein du Père en étant entré dans les entrailles de la terre. La sortie lumineuse de la Résurrection passe par cette entrée-là.
    Empressons-nous donc d’entrer dans ce repos-là, afin que plus personne ne tombe en suivant l’exemple de ceux qui ont refusé de croire.

    + Pierre-Yves MICHEL
    Evêque de Valence

    Hymne

    Veilleurs, tenez-vous en éveil

    Veilleurs, tenez-vous en éveil,
    Chantez à pleine voix, chantez !
    Le jeune lion est prisonnier :
    Qui pourrait dormir ?

    Par amour le Père a voulu
    Envoyer au monde son Fils,
    Et les méchants l’ont crucifié !
    Qui pourrait dormir ?

    Ils l’ont jugé, l’ont condamné,
    Jeté en prison, flagellé ;
    A coup de roseau l’ont frappé !
    Qui pourrait dormir ?

    Sur son visage ils ont craché,
    Un serviteur l’a souffleté ;
    Ils l’ont tourné en dérision !
    Qui pourrait dormir ?

    Des chiens, en rage, l’ont cerné ;
    Ils ont cerné le jeune lion ;
    Comme un coupable, il n’a rien dit !
    Qui pourrait dormir ?

    Les épines qu’ils ont tressées
    Ont couronné de sang son front ;
    Ils l’ont injurié, bafoué !
    Qui pourrait dormir ?

    Ils ont fait descendre aux enfers
    Le soleil de tous les soleils :
    La porte est sur lui verrouillée...
    Qui pourrait dormir ?

    Psaume 4

    Quand je crie, réponds-moi, Dieu, ma justice !
    Toi qui me libères dans la détresse,
    pitié pour moi, écoute ma prière !

    Fils des hommes,
    jusqu’où irez-vous dans l’insulte à ma gloire, *
    l’amour du néant et la course au mensonge ?

    Sachez que le Seigneur a mis à part son fidèle,
    le Seigneur entend quand je crie vers lui.

    Mais vous, tremblez, ne péchez pas ;
    réfléchissez dans le secret, faites silence.

    Offrez les offrandes justes
    et faites confiance au Seigneur.

    Beaucoup demandent :
    « Qui nous fera voir le bonheur ? » *
    Sur nous, Seigneur, que s’illumine ton visage !

    Tu mets dans mon cœur plus de joie
    que toutes leurs vendanges et leurs moissons.

    Dans la paix moi aussi, je me couche et je dors, *
    car tu me donnes d’habiter, Seigneur,
    seul, dans la confiance.

    Psaume 15

    Garde-moi, mon Dieu :
    j’ai fait de toi mon refuge.

    J’ai dit au Seigneur : « Tu es mon Dieu !
    Je n’ai pas d’autre bonheur que toi. »

    Toutes les idoles du pays,
    ces dieux que j’aimais, +
    ne cessent d’étendre leurs ravages, *
    et l’on se rue à leur suite.

    Je n’irai pas leur offrir le sang des sacrifices ; *
    leur nom ne viendra pas sur mes lèvres !

    Seigneur, mon partage et ma coupe :
    de toi dépend mon sort.

    La part qui me revient fait mes délices ;
    j’ai même le plus bel héritage !

    Je bénis le Seigneur qui me conseille :
    même la nuit mon coeur m’avertit.

    Je garde le Seigneur devant moi sans relâche ;
    il est à ma droite : je suis inébranlable.

    Mon coeur exulte, mon âme est en fête,
    ma chair elle-même repose en confiance :

    tu ne peux m’abandonner à la mort
    ni laisser ton ami voir la corruption.

    Tu m’apprends le chemin de la vie : +
    devant ta face, débordement de joie !
    A ta droite, éternité de délices !

    Psaume 23

    Au Seigneur, le monde et sa richesse,
    la terre et tous ses habitants !

    C’est lui qui l’a fondée sur les mers
    et la garde inébranlable sur les flots.

    Qui peut gravir la montagne du Seigneur
    et se tenir dans le lieu saint ?

    L’homme au coeur pur, aux mains innocentes,
    qui ne livre pas son âme aux idoles
    (et ne dit pas de faux serments).

    Il obtient, du Seigneur, la bénédiction,
    et de Dieu son Sauveur, la justice.

    Voici le peuple de ceux qui le cherchent !
    Voici Jacob qui recherche ta face !

    Portes, levez vos frontons, +
    élevez-vous, portes éternelles :
    qu’il entre, le roi de gloire !

    Qui est ce roi de gloire ? +
    C’est le Seigneur, le fort, le vaillant,
    le Seigneur, le vaillant des combats.

    Portes, levez vos frontons, +
    levez-les, portes éternelles :
    qu’il entre, le roi de gloire !

    Qui donc est ce roi de gloire ? +
    C’est le Seigneur, Dieu de l’univers ;
    c’est lui, le roi de gloire.

    Homélie ancienne pour le grand et saint samedi

    « Éveille-toi, ô toi qui dors »

    Que se passe-t-il ? Aujourd’hui, grand silence sur la terre ; grand silence et ensuite solitude parce que le Roi sommeille. La terre a tremblé et elle s’est apaisée, parce que Dieu s’est endormi dans la chair et il a éveillé ceux qui dorment depuis les origines. Dieu est mort dans la chair et le séjour des morts s’est mis à trembler. 

    C’est le premier homme qu’il va chercher, comme la brebis perdue. Il veut aussi visiter ceux qui demeurent dans les ténèbres et dans l’ombre de la mort. Oui. c’est vers Adam captif, en même temps que vers Ève, captive elle aussi, que Dieu se dirige, et son Fils avec lui, pour les délivrer de leurs douleurs. 

    Le Seigneur s’est avancé vers eux, muni de la croix, l’arme de sa victoire. Lorsqu’il le vit, Adam, le premier homme, se frappant la poitrine dans sa stupeur, s’écria vers tous les autres : « Mon Seigneur avec nous tous ! » Et le Christ répondit à Adam : « Et avec ton esprit ». Il le prend par la main et le relève en disant : Éveille-toi, ô toi qui dors, relève-toi d’entre les morts, et le Christ t’illuminera.

    « C’est moi ton Dieu, qui, pour toi, suis devenu ton fils ; c’est moi qui, pour toi et pour tes descendants, te parle maintenant et qui, par ma puissance, ordonne à ceux qui sont dans les chaînes : Sortez. À ceux qui sont dans les ténèbres : Soyez illuminés. À ceux qui sont endormis : Relevez-vous.

    « Je te l’ordonne : Éveille-toi, ô toi qui dors, je ne t’ai pas créé pour que tu demeures captif du séjour des morts. Relève-toi d’entre les morts : moi, je suis la vie des morts. Lève-toi, œuvre de mes mains ; lève-toi, mon semblable qui as été créé à mon image. Éveille-toi, sortons d’ici. Car tu es en moi, et moi en toi, nous sommes une seule personne indivisible.

    « C’est pour toi que moi, ton Dieu, je suis devenu ton fils ; c est pour toi que moi, le Maître, j’ai pris ta forme d’esclave ; c’est pour toi que moi, qui domine les cieux, je suis venu sur la terre et au-dessous de la terre ; c’est pour toi, l’homme, que je suis devenu comme un homme abandonné, libre entre les morts ; c’est pour toi, qui es sorti du jardin, que j’ai été livré aux Juifs dans un jardin et que j’ai été crucifié dans un jardin.

    « Vois les crachats sur mon visage ; c’est pour toi que je les ai subis afin de te ramener à ton premier souffle de vie. Vois les soufflets sur mes joues : je les ai subis pour rétablir ta forme défigurée afin de la restaurer à mon image.

    « Vois la flagellation sur mon dos, que j’ai subie pour éloigner le fardeau de tes péchés qui pesait sur ton dos. Vois mes mains solidement clouées au bois, à cause de toi qui as péché en tendant la main vers le bois. 

    « Je me suis endormi sur la croix, et la lance a pénétré dans mon côté, à cause de toi qui t’es endormi dans le paradis et, de ton côté, tu as donné naissance à Ève. Mon côté a guéri la douleur de ton côté ; mon sommeil va te tirer du sommeil des enfers. Ma lance a arrêté la lance qui se tournait vers toi.

    « Lève-toi, partons d’ici. L’ennemi t’a fait sortir de la terre du paradis ; moi je ne t’installerai plus dans le paradis, mais sur un trône céleste. Je t’ai écarté de l’arbre symbolique de la vie ; mais voici que moi, qui suis la vie, je ne fais qu’un avec toi. J’ai posté les chérubins pour qu’ils te gardent comme un serviteur ; je fais maintenant que les chérubins t’adorent comme un Dieu. 

    « Le trône des chérubins est préparé, les porteurs sont alertés, le lit nuptial est dressé, les aliments sont apprêtés, les tentes et les demeures éternelles le sont aussi. Les trésors du bonheur sont ouverts et le royaume des cieux est prêt de toute éternité. »


    - Hymne
    - Psaume 4
    - Psaume 15
    - Psaume 23
    - Homélie Ancienne pour le grand et Saint Samedi





                    Hébergement: C.E.F | Suivre la vie du site RSS 2.0 | SPIP