Aujourd'hui 20 janvier nous fêtons : Saint Fabien - Pape (20e) de 236 à 250 et (...)

Diocèse de Valence

Facebook
    Vous aimez cet article?
    Partagez le.


    Vous aimez ce site, dites le sur Facebook !
Professionnels de la santé, "vivre une proximité fraternelle" ...

Ce dimanche 18 octobre 2015 sera célébré à 18h30 en l’église Notre-Dame à Valence la Messe des médecins et des professionnels de la santé.

C’est l’occasion de nous intéresser à ces professions où le fait d’être chrétien prend tout son sens et pousse à la réflexion.


   

Témoignage d’un soignant chrétien.

La santé est définie par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) comme « un état de complet bien-être physique, mental et social, qui ne consiste pas seulement en l’absence de maladies ou d’infirmité ».

Etre un professionnel de la santé, c’est, après avoir fait des études pour cela, « gagner » sa vie en aidant ses semblables à conserver ou à retrouver un état de bien-être complet.
Mais vous avez bien lu : ce n’est pas seulement lutter contre la maladie, ou œuvrer au soulagement de souffrances et d’infirmités.
Mais alors, la santé, ça ne concerne donc pas que les professionnels de santé ??…

Ce différentiel entre la définition de l’OMS, et la santé telle que nous la comprenons habituellement, les professionnels de santé l’englobent dans l’expression « prise en charge globale de la personne ».

Soigner une personne, ce n’est pas seulement soigner un organe ou une maladie, ce serait être seulement « technicien de santé ». Ça peut suffire à certains, mais c’est dommage, car la prise en charge globale participe certainement à faire aimer ces métiers, par la joie toute simple que l’être humain peut ressentir en aidant son prochain.

Car aider et soigner ses prochains sont des traits caractéristiques de la nature humaine, des besoins fondamentaux pour la préservation de l’humanité.
C’est très beau ! Et c’est très bon !

Mais la grande difficulté pour les professionnels de santé, comme pour tous les professionnels qui gagnent leur vie en exerçant une profession au contact de toutes les situations de précarité, police, justice, aide à la personne, services sociaux, etc… c’est de tenir dans la durée, de ne pas perdre le sens de ce qui a fait choisir ces métiers, une « vocation » bien souvent, de persévérer, de leur donner du sens…
C’est beau ! C’est bon ! Oui, bien sûr… Mais que c’est difficile souvent…

Professionnels de santé et professionnels auprès de toutes les précarités qui nous disons chrétiens, avons-nous bien conscience que notre foi peut nous aider à vivre différemment nos métiers, à les vivre plus à fond, avec plus de joie, plus de sens, et dans la durée ? Le Christ ne nous a-t-il pas donné tous ces « plus » à découvrir chez nos frères souffrants, à les partager et à les vivre avec eux ? ….

C’est beau ! C’est bon ! Et si c’était divin ?... Parlons en !

Gilles GARAIT, Infirmier et diacre permanent.

La Pastorale de la Santé, une mission de l’Eglise

Partout où est l’Eglise, la mission est à l’œuvre, car la promesse de Dieu est pour tous. Promesse réalisée en Jésus-Christ prenant notre humanité et annonçant la Bonne Nouvelle. « La gloire de Dieu c’est l’homme vivant, et la vie de l’homme, c’est la vue de Dieu ! » Saint Irénée.

La pastorale de la santé participe à cette mission de l’Eglise rejoignant, en un lieu particulier, des femmes et des hommes de notre temps parce que « les joies et les espoirs, les tristesses et les angoisses des hommes de ce temps, des pauvres surtout et de tous ceux qui souffrent, sont aussi les joies et les espoirs, les tristesses et les angoisses des disciples du Christ, et il n’est rien de vraiment humain qui ne trouve écho dans leur cœur.  » (Gaudium et Spes.1.).

Ce qui est vraiment humain, c’est ce que vivent les personnes, usagers et patients, dont la santé est altérée. Et la pastorale de la santé a vocation à vivre une proximité fraternelle avec ces personnes et à leur rendre l’Evangile présent et proche.

Ce qui est vraiment humain dans le monde sanitaire et social c’est ce que vivent les professionnels de ce monde dans leur personne, dans leurs métiers et compétences, dans l’organisation et les moyens qu’ils mettent en place pour le service des personnes de ce monde.

Ce qui est vraiment humain mérite une attention privilégiée de la part des chrétiens qui croient en un Dieu qui a pris chair et s’est fait homme. Parce que la pastorale de la santé est une mission de l’Eglise, elle devient geste de fraternité qui « ouvre la porte de l’Eglise pour que le monde entre ! » Paul VI.

Pour prendre contact avec le service :
Maison diocésaine du Bon Pasteur
Pastorale Santé
11 rue du Clos Gaillard
BP 825
26000 VALENCE
Tél. : 04.75.81.76.91
Mail : pastoralesante valence.cef.fr


Le samedi 9 avril 2016 journée diocésaine proposé par les diocèses de Valence et Viviers sur : Fin de Vie un enjeu d’humanité avec l’intervention de Mgr d’Ornellas chargé des questions de bioéthique par la conférence des Evêques de France.





                Hébergement: C.E.F | Suivre la vie du site RSS 2.0 | SPIP