Aujourd'hui 21 février nous fêtons : Saint Pierre Damien - évêque d’Ostie, docteur de (...)

Diocèse de Valence

Facebook
    Vous aimez cet article?
    Partagez le.


    Vous aimez ce site, dites le sur Facebook !
Pourquoi fixer le ciel ?
   

Cette expression de la liturgie du jour de l’Ascension pourrait interroger nos attitudes chrétiennes.

Pourquoi fixer le ciel comme si le Christ n’était plus présent dans notre monde ? C’est tout le contraire ! Jésus de Nazareth ne marchant plus sur les routes de Galilée, il nous donne son Esprit qui habite tous les coeurs. Il nous précède sur les chemins de la mission. A nous de le reconnaître en celles et ceux que nous rencontrons !

Pourquoi fixer le ciel comme si nous attendions de Dieu qu’il fasse des miracles par-dessus notre liberté et notre capacité d’action ? « Si le Seigneur ne bâtit pas la maison, les bâtisseurs travaillent en vain » (Ps 126), certes, mais encore faut-il qu’il y ait des ouvriers qui se retroussent les manches et se mettent en chantier pour bâtir un monde de justice et de paix !

Pourquoi fixer le ciel comme si la verticale était l’unique direction humaine ? Hauteur mais aussi profondeur, longueur et largeur... voilà nos dimensions corporelles et spirituelles. Depuis la Croix, la Résurrection et l’Ascension, le Christ est en élévation et en extension dans tout l’univers, ses bras largement ouverts embrassent le monde, comme le montre la Croix de Tibhirine. Le vis-à-vis, le face-à-face, visage en face de visage, à la manière de Jésus, est la seule façon de rencontrer nos frères et soeurs en humanité, sans les surplomber et les dominer d’une quelconque supériorité !

Évitons donc le torticolis en ne fixant que le ciel !

Anne-Noëlle CLEMENT
Drôme-Hebdo du jeudi 14 mai 2015






                Hébergement: C.E.F | Suivre la vie du site RSS 2.0 | SPIP