Aujourd'hui 16 mars nous fêtons : Bienheureuse Bénédicte - Clarisse à Saint-Damien,

Diocèse de Valence

Facebook
    Vous aimez cet article?
    Partagez le.


    Vous aimez ce site, dites le sur Facebook !
Pour la paix du monde, le principe de la "citoyenneté mondiale"
   

Pour la paix du monde, Jean-Paul II promeut le principe de la "citoyenneté mondiale", souligne le cardinal Renato Raffaele Martino, président du Conseil pontifical Justice et Paix qui a présenté ce matin en la salle de presse du Saint-Siège le Message de Jean-Paul II pour la Journée mondiale de la Paix.

Le cardinal Martino était entouré du secrétaire de ce dicastère, Mgr Giampaolo Crepaldi, et de Mons. Frank J. Dewane, sous-secrétaire.

Pour le cardinal Martino, le pape lance par ce message un appel à la conscience de chacun de s’engager concrètement pour la paix. Mais pour cela, le cardinal Martino relève l’emploi par Jean-Paul II de la notion de "principe de citoyenneté mondiale".

Pour le cardinal Martino, ce concept est une "évolution naturelle des implications du concept d’unité de la famille humaine", dont Jean-Paul II parlait déjà dans son message pour le 1er janvier 2000.

D’autre part, le cardinal Martino a souligné l’importance donnée par Jean-Paul II à l’Afrique dans ce message : le pape veut voir les peuples d’Afrique
devenir "protagonistes" de leur avenir.

"Si l’on résout le problème de l’Afrique, les répercussions bénéfiques de cette solution se vérifieront dans le monde entier", a affirmé le cardinal Martino. "Naturellement, les causes de la situation de l’Afrique ne dépendent pas seulement des Africains. Combien de personnes et combien de peuples ne devraient-ils pas examiner leur conscience pour reconnaître et voir en quoi ils ont été responsables de la situation actuelle de l’Afrique".

Pour ce qui est de la lutte contre la pauvreté, la première difficulté à surmonter concerne, souligne le cardinal Martino, la question de la dette extérieure des pays pauvres.

Le cardinal Martino rappelle que le pape Jean-Paul II a "conduit lui-même, avant et pendant le Grand Jubilé de l’An 2000" la campagne pour l’effacement de la dette des pays pauvres.

Or, il semblait que la question de la dette était "terminée", "sans solution", et aux "oubliettes" : mais il n’en est pas ainsi, déclare le cardinal Martino, car Jean-Paul II la "relance avec ténacité et détermination, en la remettant au centre de tous les agendas, qui ressentent l’urgence morale de s’engager pour la lutte contre la pauvreté".

Source : http://www.zenit.org






                Hébergement: C.E.F | Suivre la vie du site RSS 2.0 | SPIP