Aujourd'hui 26 février nous fêtons : Saint Alexandre - Évêque d’Alexandrie (✝ (...)

Diocèse de Valence

[ documents ]
Télécharger le texte de Francis et Colette CAUDRON
[ Commentaire audio ]
  • Ecoutez Francis et Colette CAUDRON
  • Depuis le site Rcf.fr

    Facebook
      Vous aimez cet article?
      Partagez le.


      Vous aimez ce site, dites le sur Facebook !
    Mercredi 25 mars 2015

    Cette semaine ce sont Colette et Francis Caudron , Responsables du Service diocésain Liturgie et sacrements, qui nous accompagnent dans cette Pause carême.


       

    Et comme tous les mercredis, le Service Diocèsain de Catéchèse propose une Pause Carême spécialement étudiée pour les enfants : accéder à la Pause Carême enfants

    @

    « Que tout se passe pour moi selon ta parole ».

    Aujourd’hui 25 mars, une solennité rompt le temps de carême : 9 mois avant Noël, nous fêtons l’Annonciation du Seigneur. L’œuvre de salut du monde, désirée par Dieu, s’est jouée dans un échange entre Dieu et une jeune fille, Marie.
    Une jeune fille habitant une petite ville de Galilée reçoit la visite d’un ange, plus particulièrement de l’ange Gabriel. Marie est vierge et promise en mariage à un homme appelé Joseph. Dieu prend l’initiative de la rencontre : il commence son œuvre en comblant Marie de grâces puis lui envoie le messager.

    Cette entrée de l’ange dans la vie de Marie est fulgurante. Marie en est toute bouleversée. Elle a été choisie par Dieu pour donner naissance à Jésus, son Fils, dont le règne sera éternel.

    A la dimension de notre intelligence rationnelle, cela sort de l’entendement. L’Annonciation nous plonge au cœur de la confession de foi chrétienne. En Jésus, Dieu nous a donné son Fils, celui qui appartient depuis toujours à son être même.

    Marie écoute cette révélation inattendue, et avance une question bien humaine : « Comment cela va-t-il se faire ? » Alors, se dévoile la puissance et la délicatesse de Dieu : « L’Esprit Saint viendra sur toi et la puissance du Très-haut te prendra sous son ombre ».
    Tout est possible pour Dieu. Quand Dieu nous appelle, il a déjà mis en nous l’Esprit Saint. Pour s’ouvrir à l’œuvre de Dieu, il faut laisser l’Esprit agir en nous. A l’appel du Seigneur, quelle attitude avons-nous ? Celle d’Adam qui se cache ou celle de Marie, qui fait confiance ?

    Le Seigneur attend la réponse de Marie ; il la laisse prendre sa décision, en toute liberté, sans pression, sans exhortation. Au nom de toute l’humanité, en attente du Sauveur, Marie donne son consentement : « Voici la servante du Seigneur ; que tout se passe pour moi selon ta parole ».
    Marie nous entraine dans la dé-maitrise, elle laisse alors la Parole prendre chair en elle.
    Le Verbe s’est fait chair, grâce à la réponse de Marie.

    Marie la première nous invite à risquer notre oui.
    Oui Seigneur, j’ai confiance, « tu es le chemin, la vérité et la Vie ».
    Que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel.


    Francis et Colette CAUDRON

    1e lecture Is 7

    Is 7, 10-14 ; 8, 10

    « Voici que la vierge concevra »

    Lecture du livre d’Isaïe

    Le Seigneur envoya le prophète Isaïe dire au roi Acaz :
    « Demande pour toi un signe venant du Seigneur ton Dieu, demande-le au fond des vallées ou bien en haut sur les sommets. »
    Acaz répondit : « Non, je n’en demanderai pas, je ne mettrai pas le Seigneur à l’épreuve. »
    Isaïe dit alors : « Écoutez, maison de David ! Il ne vous suffit donc pas de fatiguer les hommes : il faut encore que vous fatiguiez mon Dieu ! Eh bien ! Le Seigneur lui-même vous donnera un signe : Voici que la jeune femme est enceinte, elle enfantera un fils, et on l’appellera Emmanuel, c’est-à-dire : Dieu-avec-nous. »

    Psaume 39

    Psaume 39, 7-8a, 8b-9, 10, 11

    Me voici, Seigneur, pour accomplir ta volonté.

    Tu ne voulais ni offrande ni sacrifice,
    tu as ouvert mes oreilles ;
    tu ne demandais ni holocauste ni victime,
    alors j’ai dit : « Voici, je viens.

    « Dans le livre, est écrit pour moi
    ce que tu veux que je fasse.
    Mon Dieu, voilà ce que j’aime :
    ta loi me tient aux entrailles. »

    J’annonce la justice
    dans la grande assemblée ;
    vois, je ne retiens pas mes lèvres,
    Seigneur, tu le sais.

    Je n’ai pas enfoui ta justice au fond de mon cœur,
    je n’ai pas caché ta fidélité, ton salut ;
    j’ai dit ton amour et ta vérité
    à la grande assemblée.

    2è lecture He 10, 4-10

    Le Christ entre dans le monde pour faire la volonté du Père

    Lecture de la lettre aux Hébreux

    Il est impossible, que le péché soit enlevé par le sang des animaux.
    Aussi, en entrant dans le monde, le Christ dit, d’après le Psaume : Tu n’as pas voulu de sacrifices ni d’offrandes, mais tu m’as fait un corps.
    Tu n’as pas accepté les holocaustes ni les expiations pour le péché ; alors, je t’ai dit : Me voici, mon Dieu, je suis venu pour faire ta volonté, car c’est bien de moi que parle l’Écriture.
    Le Christ commence donc par dire : Tu n’as pas voulu ni accepté les sacrifices et les offrandes, les holocaustes et les expiations pour le péché que la Loi prescrit d’offrir.
    Puis il déclare : Me voici, je suis venu pour faire ta volonté. Ainsi, il supprime l’ancien culte pour établir le nouveau.
    Et c’est par cette volonté de Dieu que nous sommes sanctifiés, grâce à l’offrande que Jésus Christ a faite de son corps, une fois pour toutes.

    Evangile Lc 1, 26-38

    Acclamation

    Gloire et louange à toi, Seigneur Jésus !
    Le Verbe s’est fait chair, il a habité parmi nous et nous avons vu sa gloire.
    Venez, adorons-le.
    Gloire et louange à toi, Seigneur Jésus !

    Évangile de Jésus Christ selon saint Luc

    L’ange Gabriel fut envoyé par Dieu dans une ville de Galilée, appelée Nazareth, à une jeune fille, une vierge, accordée en mariage à un homme de la maison de David, appelé Joseph ; et le nom de la jeune fille était Marie.
    L’ange entra chez elle et dit : « Je te salue, Comblée-de-grâce, le Seigneur est avec toi. »
    À cette parole, elle fut toute bouleversée, et elle se demandait ce que pouvait signifier cette salutation.
    L’ange lui dit alors : « Sois sans crainte, Marie, car tu as trouvé grâce auprès de Dieu.
    Voici que tu vas concevoir et enfanter un fils ; tu lui donneras le nom de Jésus. Il sera grand, il sera appelé Fils du Très-Haut ; le Seigneur Dieu lui donnera le trône de David son père ; il régnera pour toujours sur la maison de Jacob, et son règne n’aura pas de fin. »

    Marie dit à l’ange : « Comment cela va-t-il se faire, puisque je suis vierge ? »
    L’ange lui répondit : « L’Esprit Saint viendra sur toi, et la puissance du Très-Haut te prendra sous son ombre ; c’est pourquoi celui qui va naître sera saint, et il sera appelé Fils de Dieu. Et voici qu’Élisabeth, ta cousine, a conçu, elle aussi, un fils dans sa vieillesse et elle en est à son sixième mois, alors qu’on l’appelait : ’la femme stérile’. Car rien n’est impossible à Dieu. »
    Marie dit alors : « Voici la servante du Seigneur ; que tout se passe pour moi selon ta parole. »

    Alors l’ange la quitta.


    - 1ère lecture Is 7, 10-14 ; 8, 10
    - Psaume 39, 7-8a, 8b-9, 10, 11
    - 2ème lecture He 10, 4-10
    - Evangile Lc 1, 26-38





                    Hébergement: C.E.F | Suivre la vie du site RSS 2.0 | SPIP