Aujourd'hui 3 mars nous fêtons : Saint Guénolé - Fondateur de l’abbaye de (...)

Diocèse de Valence

[ documents ]
La méditation du lundi 7 mars à télécharger
[ Commentaire audio ]
  • Ecoutez Soeur Brice d’Amour et Soeur Marie Bernard
  • Facebook
      Vous aimez cet article?
      Partagez le.


      Vous aimez ce site, dites le sur Facebook !
    Lundi 7 mars

    Cette semaine c’est Soeur Brice d’Amour et Soeur Marie Bernard, de la Compagnie des soeurs de Ste Ursule de Valence, qui nous accompagnent dans cette Pause carême.


       

    Méditation

    En ce lundi de la 4ème semaine de Carême, Dieu veut nous parler de renouveau et de joie : dans la 1ère lecture, le prophète Isaïe transmet des paroles de consolation pour les exilés de son peuple. Dans l’Evangile, Jésus donne une vie nouvelle à l’enfant d’un fonctionnaire royal. Et le psaume chante : « tu m’as relevé ! Tu as changé mon deuil en une danse ! Je te rends grâce… »

    Nous voici au début d’une nouvelle semaine. Nourris de l’Eucharistie dominicale nous nous remettons en route : nous avons au cœur une force qui nous vient d’une promesse du Seigneur dans Isaïe : « Je vais créer un ciel nouveau et une terre nouvelle ». Sur cette promesse notre foi s’appuie pour travailler aujourd’hui avec Dieu à rendre la terre plus habitable pour tous, plus humaine pour tous : du nourrisson à la personne avancée en âge.

    Nous nous remettons en route, comme, dans l’Evangile, ce père angoissé qui monte de Capharnaüm à Cana pour confier à Jésus ce qui le prend aux entrailles : « Descends, avant que mon enfant ne meure » ! Sa supplication touche Jésus, lui qui est descendu d’auprès de Dieu pour manifester sa miséricorde, son amour agissant sur nos routes humaines.

    « Va, ton fils est vivant. ». Sur la seule parole de Jésus, sans voir, sans preuve, dans la confiance, le père reprend le chemin de sa maison avec une promesse au cœur, lui aussi. Cette confiance, cette foi, ouvre alors une vie nouvelle, reçue de Dieu, la vie pour son fils, guéri, la vie pour lui-même, et pour « toute sa maison », nous dit le texte.

    Pour chacun de nous, Dieu dans sa miséricorde ne s’est-il pas laissé toucher, émouvoir, jusqu’à nous donner son Fils Jésus, « descendu avant que nous mourions », descendu pour nous donner la vie. Nous avons été baptisés dans la mort et la vie de Jésus : ne sommes-nous pas invités, spécialement pendant le Carême, à accueillir plus largement cette vie nouvelle qui nous est donnée, à la laisser travailler en nous, à la laisser nous renouveler tout entiers, pour devenir de plus en plus des croyants et des vivants ?

    Aujourd’hui, Seigneur, renouvelle en nous la grâce du baptême ; aide-nous à entendre ton invitation à nous remettre en route dans la confiance, pour vivre davantage de ta vie et travailler avec toi au service de la vie des frères que tu nous donnes.


      TEXTES DU JOUR
    • LECTIO 1
      lundi 7 mars 2016 : Livre d’Isaïe 65,17-21.

      Ainsi parle le Seigneur : Oui, voici : je vais créer un ciel nouveau et une terre nouvelle, on ne se souviendra plus du passé, il ne reviendra plus à l’esprit. Soyez plutôt dans la joie, exultez sans fin pour ce que je crée. Car je vais recréer Jérusalem, pour qu’elle soit exultation, et que son peuple devienne joie. J’exulterai en Jérusalem, je trouverai ma joie dans mon peuple. On n’y entendra plus de pleurs ni de cris. Là, plus de nourrisson emporté en quelques jours, ni d’homme qui ne parvienne au bout de sa vieillesse ; le plus jeune mourra centenaire, ne pas atteindre cent ans sera malédiction. On bâtira des maisons, on y habitera ; on plantera des vignes, on mangera leurs fruits.

      PSALMUS
      lundi 7 mars 2016 : Psaume 30(29),2a.3-4.5-6.9.12a.13cd.

      Je t'exalte, Seigneur : tu m'as relevé, tu m'épargnes les rires de l'ennemi. Quand j'ai crié vers toi, Seigneur. Seigneur, tu m'as fait remonter de l'abîme et revivre quand je descendais à la fosse. Fêtez le Seigneur, vous, ses fidèles, rendez grâce en rappelant son nom très saint. Sa colère ne dure qu'un instant, sa bonté, toute la vie ; avec le soir, viennent les larmes, mais au matin, les cris de joie. Et j'ai crié vers toi, Seigneur, j'ai supplié mon Dieu : Tu as changé mon deuil en une danse, mes habits funèbres en parure de joie. Que mon cœur ne se taise pas, qu'il soit en fête pour toi, et que sans fin, Seigneur, mon Dieu, je te rende grâce !

      LECTIO 2
      lundi 7 mars 2016 :

      EVANGELIUM
      lundi 7 mars 2016 : Évangile de Jésus Christ selon saint Jean 4,43-54.

      En ce temps-là, après avoir passé deux jours chez les Samaritains, Jésus partit de là pour la Galilée. – Lui-même avait témoigné qu’un prophète n’est pas considéré dans son propre pays. Il arriva donc en Galilée ; les Galiléens lui firent bon accueil, car ils avaient vu tout ce qu’il avait fait à Jérusalem pendant la fête de la Pâque, puisqu’ils étaient allés eux aussi à cette fête. Ainsi donc Jésus revint à Cana de Galilée, où il avait changé l’eau en vin. Or, il y avait un fonctionnaire royal, dont le fils était malade à Capharnaüm. Ayant appris que Jésus arrivait de Judée en Galilée, il alla le trouver ; il lui demandait de descendre à Capharnaüm pour guérir son fils qui était mourant. Jésus lui dit : « Si vous ne voyez pas de signes et de prodiges, vous ne croirez donc pas ! » Le fonctionnaire royal lui dit : « Seigneur, descends, avant que mon enfant ne meure ! » Jésus lui répond : « Va, ton fils est vivant. » L’homme crut à la parole que Jésus lui avait dite et il partit. Pendant qu’il descendait, ses serviteurs arrivèrent à sa rencontre et lui dirent que son enfant était vivant. Il voulut savoir à quelle heure il s’était trouvé mieux. Ils lui dirent : « C’est hier, à la septième heure, (au début de l’après-midi), que la fièvre l’a quitté. » Le père se rendit compte que c’était justement l’heure où Jésus lui avait dit : « Ton fils est vivant. » Alors il crut, lui, ainsi que tous les gens de sa maison. Tel fut le second signe que Jésus accomplit lorsqu’il revint de Judée en Galilée.





                    Hébergement: C.E.F | Suivre la vie du site RSS 2.0 | SPIP