Aujourd'hui 3 mars nous fêtons : Saint Guénolé - Fondateur de l’abbaye de (...)

Diocèse de Valence

Facebook
    Vous aimez cet article?
    Partagez le.


    Vous aimez ce site, dites le sur Facebook !
Le tourisme : facteur de découvertes, de rencontres et de nature respectée

Le Saint-Siège lance un appel au tourisme responsable, respectueux de la nature et des peuples visités, alors que la barre symbolique d’un milliard de touristes internationaux a déjà été franchie et que les chiffres sont en progression constante.


   

Le tourisme est un phénomène global qui interpelle tous les secteurs concernés, dont l’Eglise. Dans un message pour la Journée mondiale du Tourisme, célébrée le 27 septembre, le Conseil pour la pastorale des Migrants et des personnes en déplacement constate que les temps ont changé : nous sommes aujourd’hui des citoyens du monde et le touriste cède la place au voyageur, assoiffé de rencontres, de connaissances, de partage et de découvertes. Le dicastère note par ailleurs que le voyage, aujourd’hui, peut aussi répondre au besoin de s’éloigner du monde virtuel pour redécouvrir l’authenticité de la rencontre avec l’autre.

C’est une opportunité de progrès surtout pour les pays en développement, une source de bien-être pour la planète tout entière. L’économie du partage permet de tisser des réseaux d’humanité et de fraternité capables d’engendrer un échange équitable de biens et de services. Le texte cite abondamment la récente encyclique du Pape François Laudato Si’, car il existe une étroite interdépendance entre le tourisme et l’environnement. Profitant des richesses naturelles et culturelles, le secteur touristique peut promouvoir leur conservation ou au contraire leur destruction. Le texte s’adresse donc en priorité aux entreprises du secteur qui ne doivent pas viser uniquement le gain, mais offrir des opportunités d’emploi dans le respect des personnes et de l’environnement. Il s’adresse aussi aux autorités civiles appelées à adopter des lois pour protéger la population et le territoire. Mais les communautés locales sont, elles aussi, exhortées à se montrer accueillantes, à promouvoir leur patrimoine environnemental, social et culturel, à créer des revenus et de nouveaux emplois, et à développer leur identité.

Enfin, c’est une opportunité pour la mission évangélisatrice de l’Eglise qui doit encourager l’accueil de la part des communautés paroissiales et la formation religieuse du personnel touristique, surtout dans la perspective de l’Année de la Miséricorde qui ne manquera pas d’encourager les pèlerinages. L’Eglise a aussi pour mission d’éduquer à vivre le temps libre. L’être humain tend à réduire le repos contemplatif au domaine de l’improductif ou de l’inutile. Or le Saint-Père, dans Laudato Si’, nous invite à inclure dans notre agir une dimension réceptive et gratuite, différente d’une simple inactivité. En conclusion, soulignent les signataires du texte, la mondialisation du tourisme peut conduire à la naissance d’un sens civique individuel et collectif à condition que les voyageurs adoptent certains critères. L’effort de chaque individu multiplié par un milliard peut déboucher sur une grande révolution.

Source : http://fr.radiovaticana.va






                Hébergement: C.E.F | Suivre la vie du site RSS 2.0 | SPIP