Aujourd'hui 22 février nous fêtons : Bienheureuse Isabelle de France - soeur de (...)

Diocèse de Valence

[ documents ]
Télécharger le texte de Gilles Garait
[ Commentaire audio ]
  • Ecoutez Gilles Garait
  • Depuis le site Rcf26
    Si le lecteur audio n’apparaît pas, mettez à jour "flash player" dans votre navigateur.

    [ Pause musicale ... ]
  • Le P. Guillaume Teissier a choisi : Marcel Godard, "Ô toi dont le chant éclaire, hymne pour la transfiguration"
  • Le Pape François dit dans « La lumière de la foi » :
    « Jésus est la lumière : la lumière du soleil ne peut « irradier sa lumière sur l’existence de l’homme tout entière. En effet le soleil n’éclaire pas tout le réel, son rayon est incapable d’arriver jusqu’à l’ombre de la mort, là où l’œil humain se ferme à sa lumière.
    « S’est il trouvé un seul homme qui voulut mourir en témoignage de sa foi au soleil ? » (Justin, martyr).
    Conscients du grand horizon que la foi leur ouvrait, les chrétiens appelèrent le Christ le vrai soleil, « dont les rayons donnent la vie »… Celui qui croit voit, il voit avec une lumière qui illumine tout le parcours de la route, parce qu’elle nous vient du Christ ressuscité, étoile du matin qui ne se couche pas ».

    Durant ce carême, je peux faire mémoire de la lumière que le Christ a fait brillé sur ma vie. Je peux faire une lettre au Christ Jésus pour lui redire ma foi, mes attentes, mes questions, mon action de grâce…

    Facebook
      Vous aimez cet article?
      Partagez le.


      Vous aimez ce site, dites le sur Facebook !
    Jeudi 3 avril 2014

    Cette semaine c’est Gilles GARAIT, Diacre et membre de l’équipe diocésaine de la Pastorale de la santé, qui nous accompagnera dans cette « Pause Carême »


       

    1ère lecture : Ex 32, 7-14

    Moïse et le péché du peuple

    Lecture du livre de l’Exode

    Moïse était encore sur la montagne du Sinaï. Le Seigneur lui dit : « Va, descends, ton peuple s’est perverti, lui que tu as fait monter du pays d’Égypte.
    Ils n’auront pas mis longtemps à quitter le chemin que je leur avais prescrit ! Ils se sont fabriqué un veau en métal fondu. Ils se sont prosternés devant lui, ils lui ont offert des sacrifices en proclamant : ’Israël, voici tes dieux, qui t’ont fait monter du pays d’Égypte.’ »
    Le Seigneur dit encore à Moïse : « Je vois que ce peuple est un peuple à la tête dure.
    Maintenant, laisse-moi faire ; ma colère va s’enflammer contre eux et je vais les engloutir ! Mais, de toi, je ferai une grande nation. »
    Moïse apaisa le visage du Seigneur son Dieu en disant : « Pourquoi, Seigneur, ta colère s’enflammerait-elle contre ton peuple, que tu as fait sortir du pays d’Égypte par la vigueur de ton bras et la puissance de ta main ?
    Pourquoi donner aux Égyptiens l’occasion de dire : ’C’est par méchanceté qu’il les a fait sortir ; il voulait les exterminer dans les montagnes et les balayer de la surface de la terre’ ? Reviens de l’ardeur de ta colère, renonce au mal que tu veux faire à ton peuple.
    Souviens-toi de tes serviteurs, Abraham, Isaac et Jacob, à qui tu as juré par toi-même : ’Je rendrai votre descendance aussi nombreuse que les étoiles du ciel, je donnerai à vos descendants tout ce pays que j’avais promis, et il sera pour toujours leur héritage.’ »
    Le Seigneur renonça au mal qu’il avait voulu faire à son peuple.

    Psaume 105, 4ab.6, 19-20, 21-22, 23

    R/ Souviens-toi de nous par amour de ton peuple.

    Souviens-toi de moi, Seigneur,
    dans ta bienveillance pour ton peuple.
    Avec nos pères, nous avons péché,
    nous avons failli et renié.

    À l’Horeb ils fabriquent un veau,
    ils adorent un objet en métal :
    ils échangeaient ce qui était leur gloire
    pour l’image d’un taureau, d’un ruminant.

    Ils oublient le Dieu qui les sauve,
    qui a fait des prodiges en Égypte,
    des miracles au pays de Cham,
    des actions terrifiantes sur la mer Rouge.

    Dieu a décidé de les détruire.
    C’est alors que Moïse, son élu,
    surgit sur la brèche, devant lui,
    pour empêcher que sa fureur les extermine.

    Evangile Jn 5, 31-47

    Les témoignages rendus à Jésus font apparaître le péché du peuple

    Acclamation : Louange à toi, Seigneur, Roi d’éternel gloire ! La parole de Dieu demeure en nous : celui qui confesse le Fils possède aussi le Père. Louange à toi, Seigneur, Roi d’éternel gloire ! (cf. 1 Jn 2, 14.23)

    Évangile de Jésus Christ selon saint Jean

    Jésus disait aux Juifs :
    « Si je me rendais ce témoignage à moi-même, mon témoignage ne serait pas vrai ; il y a quelqu’un d’autre qui me rend témoignage, et je sais que le témoignage qu’il me rend est vrai.
    Vous avez envoyé une délégation auprès de Jean Baptiste, et il a rendu témoignage à la vérité.
    Moi, je n’ai pas à recevoir le témoignage d’un homme, mais je parle ainsi pour que vous soyez sauvés.
    Jean était la lampe qui brûle et qui éclaire, et vous avez accepté de vous réjouir un moment à sa lumière.
    Mais j’ai pour moi un témoignage plus grand que celui de Jean : ce sont les œuvres que le Père m’a données à accomplir ; ces œuvres, je les fais, et elles témoignent que le Père m’a envoyé.
    Et le Père qui m’a envoyé, c’est lui qui m’a rendu témoignage. Vous n’avez jamais écouté sa voix, vous n’avez jamais vu sa face, et sa parole ne demeure pas en vous, puisque vous ne croyez pas en moi, l’envoyé du Père.
    Vous scrutez les Écritures parce que vous pensez trouver en elles la vie éternelle ; or, ce sont elles qui me rendent témoignage, et vous ne voulez pas venir à moi pour avoir la vie !
    La gloire, je ne la reçois pas des hommes ; d’ailleurs je vous connais : vous n’avez pas en vous l’amour de Dieu.
    Moi, je suis venu au nom de mon Père, et vous ne me recevez pas ; si un autre vient en son propre nom, celui-là, vous le recevrez !
    Comment pourriez-vous croire, vous qui recevez votre gloire les uns des autres, et qui ne cherchez pas la gloire qui vient du Dieu unique !
    Ne pensez pas que c’est moi qui vous accuserai devant le Père. Votre accusateur, c’est Moïse, en qui vous avez mis votre espérance. Si vous croyiez en Moïse, vous croiriez aussi en moi, car c’est de moi qu’il a parlé dans l’Écriture. Mais si vous ne croyez pas ce qu’il a écrit, comment croirez-vous ce que je dis ? »


    - 1ère lecture : Ex 32, 7-14
    - Ps 105, 4ab.6, 19-20, 21-22, 23
    - Evangile Jn 5, 31-47


    Il n'y a pas encore de commentaires sur le forum de cet article :

    S'identifier pour participer à la discussion Si vous n'êtes pas inscrits, merci de demander votre inscription à l'aide de ce formulaire.




                    Hébergement: C.E.F | Suivre la vie du site RSS 2.0 | SPIP