Aujourd'hui 28 juillet nous fêtons : Saint Samson - Evêque de Dol (✝ 565)

Diocèse de Valence

Facebook
    Vous aimez cet article?
    Partagez le.


    Vous aimez ce site, dites le sur Facebook !
Homélie de Mgr Philippe BARBARIN
   

Homélie du 29 mai 2014,
Consécration épiscopale de Mgr Pierre-Yves MICHEL

Actes 1, 1-11 et Matthieu 28, 16-20.

« Je suis avec vous tous les jours jusqu’à la fin du monde. » Etonnant, cet Evangile de l’Ascension ! Jésus s’en va et, en même temps, il dit qu’il reste. Les apôtres ont du mal à le voir partir - comme nous avons du mal à voir partir Pierre-Yves. Ils voudraient que Jésus manifeste l’éclat de sa victoire en restaurant la royauté en Israël. Avec lui, ils se présenteraient comme les grands vainqueurs ! » Telle n’est pas la pensée de Dieu, même si c’est parfois la nôtre au risque de le décevoir souvent ! Il nous explique que son départ est un bien pour nous : « Il vaut mieux pour vous que je parte » (Jn 16, 7). « Je vais aller vous préparer une place » (Jn 14, 2). En fait, il affirme bien que son départ n’est pas un abandon : « Je reste avec vous. »
« Avec vous », c’est le sens du second nom de Jésus. Emmanuel, « Dieu avec nous ». Le premier affirme qu’en Jésus « Dieu nous sauve. » Mais après l’œuvre de la Rédemption, il ne nous abandonne pas, il reste avec nous. « Je suis le bon pasteur et je connais mes brebis, et mes brebis me connaissent », et je sais ce dont vous avez besoin. « Je suis le pain vivant descendu du ciel » pour vous nourrir. « Je suis la lumière du monde … Je suis le chemin, la vérité et la vie... Je suis la résurrection et la vie. » Tous ces biens dont nous avons besoin, et qui correspondent aux désirs les plus profonds de notre cœur, ne nous feront jamais défaut.
Cette promesse de Jésus n’est pas toujours facile à croire. Quand nous voyons nos pauvretés dans les paroisses et les diocèses, dans notre propre foi, nous disons au Seigneur, comme les disciples d’Emmaüs, au soir de Pâques : « Reste avec nous, car le soir tombe et le jour déjà touche à son terme. »

Ici, dans le diocèse de Valence, vous croyez à cette promesse. C’est un jour de joie. Vous vivez cette ordination comme un acte de foi. Un nouveau pasteur vous est donné, et vous l’accueillez avec grande joie. Vous remerciez le Seigneur pour votre quatre-vingt-douzième évêque. Certains sont encore dans nos mémoires : Mgr Pic, Mgr Urtasun, Mgr Vignancourt, Mgr de Cambourg ; les deux derniers sont là, aujourd’hui, parmi nous : Monseigneur Marchand, Mgr Lagleize. Le Seigneur, le bon Pasteur continue de faire attention à ses brebis, et il prendra soin de vous, chaque jour, à travers son serviteur, le P. Yves-Michel, qu’il vous envoie et vous donne.
.
Votre joie, nous la sentons et la partageons. C’est la joie des Apôtres après la Résurrection. Elle ne conduit pas toujours à des réflexions justes et adaptées. La joie intérieure peut parfois nous donner des idées étranges comme aux Apôtres, celle de restaurer la royauté en Israël… Souvent, les chrétiens viennent voir l’évêque : « Il faudrait absolument prendre telle initiative, corriger tel écart... » Le pasteur répond avec les mots de Jésus. Les délais, les dates et les moyens ont une importance relative. Le plus important est la consigne de Jésus, sa dernière parole sur la terre : « Vous allez recevoir une force, celle du Saint Esprit qui viendra sur vous. Vous serez mes témoins... »






                Hébergement: C.E.F | Suivre la vie du site RSS 2.0 | SPIP