Aujourd'hui 21 février nous fêtons : Saint Pierre Damien - évêque d’Ostie, docteur de (...)

Diocèse de Valence

Facebook
    Vous aimez cet article?
    Partagez le.


    Vous aimez ce site, dites le sur Facebook !
Démobilisés, et pourtant profiteurs !
   

Cela devient un lieu commun de dire que nous vivons une période d’individualisme. Pourquoi me préoccuper des autres, du bien commun ? Le taux de participation aux élections est révélateur. Vous me direz peut-être que la classe politique est discréditée ? Peut-être... au moins certains de ses membres. Est-ce une raison pour ne pas faire ce geste citoyen de se déplacer pour participer à un geste important de la vie commune ? De quel droit, après, râler ? Combien d’associations ne trouvent pas de volontaires pour prendre des responsabilités ? Ah, oui, je veux bien prendre ma carte, payer ma cotisation et profiter de tout ce que propose l’association ! Mais je n’ai pas le temps, ni le goût, ni la volonté de prendre ma part de service pour que cette association soit vivante et pérenne !

Le Pape François, dans son exhortation « La joie de l’Evangile », au n° 81 dénonce ceux qui, dans l’Église, « cherchent à fuir tout engagement qui pourrait leur ôter leur temps libre ». Finalement, le problème est peut-être là : nous ne sommes pas assez conscients de la responsabilité de chacun par rapport aux autres. Nos intérêts immédiats l’emportent sur tout le reste. Sommes-nous conscients qu’ainsi nous vivons en profiteurs ? Heureusement, il y a tous ceux et celles qui se mobilisent, dans les municipalités, les associations, dans l’Église, etc. Ils retroussent leurs manches pour les autres. Ils sont ces « serviteurs que le Maître trouvera éveillés... ». Qu’ils en soient remerciés.

P. Daniel Blanc
Drôme-Hebdo du jeudi 24 avril 2014






                Hébergement: C.E.F | Suivre la vie du site RSS 2.0 | SPIP